A la lisière de mes souvenirs d'enfant - pour Bric à Book # 04

Publié le par La Vilaine

Il y a longtemps que je n'avais pas pris "la plume" pour illustrer une photo proposée sur le site de Bricabook. J'espère que ce texte vous plaira. Voici donc la photo, point de départ de mon errance pseudo littéraire du jour

    Bricabook 4

 

          La porte est là, même si elle ne l'est plus vraiment car lentement mangée puis dévorée par le temps. Il n'empêche qu'elle est là. Il me suffit de fermer légèrement les yeux pour la revoir telle qu'elle était, il y a tant d'années. Bois plein en bas, une grille ouvragée dans le haut qui laissait deviner le Pierre de Ronsard qui l'encadrait de chaque côté. Un rosier magnifique, aux couleurs douces et tendres. Apaisant quoique foisonnant.

Ces boîtes aux lettres n'y étaient pas. Le facteur alors venait jusque dans la maison, apporter le journal et le courrier. Il restait un peu, parfois s'asseyait le temps d'un café. Deux trois mots échangés, quelques ragots entendus et répétés.

 

De la maison, il ne reste rien. Seul le mur d'enceinte est à peu près intact. Combien de fois l'ai je escaladé ? Combien de parties de cache cache inventées y ai je gagnées, blottie dans les creux de ses pierres tombées ? Combien de secrets a t il gardé ? Impossible de les compter. Je les cherche dans les joints écaillés, mais n'en retrouve que quelques uns. Les autres ont sans doute été peu à peu absorbés par ses pierres dorées.

 

Au loin, les arbres sont toujours là, comme autant de touches noires de mon piano imaginaire. Je pouvais  alors les voir par la fenêtre de la cuisine, juste à côté de la cheminée. J'en ai joué des mélodies sur ces touches. Tantôt classiques, tantôt modernes, tandis que la neige ou la pluie tombait derrière le carreau.

 

La maison était petite, rustique, voire rustre. Pas de chichi, pas de modernité. Mon Dieu que j'ai pu la détester cette maison sans confort, sans chauffage autre que ce feu de cheminée. Que j'ai pu détester cette solitude, avec pour seules amies les vaches qui paissaient parmi les touches de mon piano.

Seules 3 pièces la composaient. La chambre des grands parents, la mienne, et cette cuisine, coeur de la maison, qui servait tout à la fois de salle, de salon, de salle de bain et de pièce à manger.

 

Si j'ai détesté cette maison, j'y ai pourtant adoré l'ambiance. Je m'en rends compte maintenant que je n'y vais plus depuis des siècles.  Son calme et sa sérénité me manquent. Sa simplicité en était sa quintessence et ses habitants son âme. Cette atmosphère simple et vraie me manquent  particulièrement maintenant que ses habitants l'ont quittée. Elle me manque maintenant quand les années m'ont rattrapée. Maintenant qu' à mon tour, je suis devenue mère, puis grand mère.

Oui, je l'ai détestée cette maison. J'ai détesté son côté spartiate, éloigné de tout. De tout le confort et de tout le monde. Et cependant, devant les vestiges des cette porte, je me prends à rêver à ce qu'elle a été. Je me prends à me demander ce que mes petits enfants peuvent eux même bien penser de leurs vacances à nos côtés ?

 

Auront ils eux aussi ce vague à l'âme qui soudain m'envahit ? Regretteront ils eux aussi ces moments du bonheur simple de vivre ensemble, quelques instants ? Auront ils eux aussi ce sentiment d'avoir retrouvé leur Madeleine de Proust si longtemps ignorée ? ?

 

Soudain, les touches du piano imaginaire retentissent. Les touchent noires s'agitent sous le vent. J'ai l'impression d'entendre leurs feuilles, comme autant de notes fredonner à mes oreilles. Machinalement, je tourne la tête, comme pour me défaire de cette mélancolique musique.

Mon regard se pose sur les boîtes aux lettres. Anachroniques à mon arrivée, elles font partie du paysage maintenant. J'y vois le visage de mon grand père, celui de ma grand mère et le mien, enfant. Tous les trois nous somme réunis tel un totem, gardien de ce mur, lisière de mes souvenir d'enfance.

 

La Vilaine

 

Publié dans Mots et soliloques

Commenter cet article

Jean-Charles 12/11/2012 20:34

De beaux souvenirs qu'on croirait presque réels.

La Vilaine 18/11/2012 11:24



J'ai essayé que ça sonne juste...



Cardamone 12/11/2012 19:49

Joli texte sur les souvenirs, très juste.

La Vilaine 18/11/2012 11:24



Merci, que de compliments !



cathdragon 12/11/2012 19:06

voici un très beau texte que j'ai pris plaisir à lire ! cath

La Vilaine 18/11/2012 11:23



Merci beaucoup



Yosha 12/11/2012 18:19

Un magnifique texte qui fait revivre le passé avec beaucoup de poésie

La Vilaine 12/11/2012 18:56



Merci beaucoup



Lisbei 12/11/2012 14:16

Vraiment magnifique ton texte ... j'adore ...
Bisous et bonne semaine !

La Vilaine 12/11/2012 18:56



Une telle remarque de la part due dévoreuse de livres, je suis très flattée